Ayant passé 1 an en Nouvelle-Zélande, on aurait bien aimé trouver un article récapitulant tout ce qui était à faire avant et après le grand départ pour nous aider à nous organiser.

Donc pour t’aider au mieux à préparer ton arrivée chez les kiwis, on a fait une liste des choses les plus importantes à prévoir et on en profite pour glisser quelques conseils à travers notre expérience.

  1. MONEY

À partir du moment où on a choisi la Nouvelle-Zélande comme destination, on s’est serré la ceinture pour mettre de l’argent de côté pour pouvoir en profiter au maximum une fois là-bas et pour n’avoir à travailler que le moins possible.

money cat

  1. PASSEPORT et VISA

Une fois la décision de partir prise, assurez vous d’avoir un passeport valide car il sera nécessaire pour la demande de visa.

Une fois la destination choisie et le passeport en poche, il a été important pour nous de se renseigner sur les différents types de visa pour prendre celui qui serait le plus approprié à notre projet.

Le Visa Vacances-Travail, appelé aussi VVT, PVT ou encore Working Holiday Visa (WHV) en version anglaise, est celui qui nous convenait parfaitement. Accordé uniquement aux personnes de 18 à 30 ans, ce visa nous permet de combiner la possibilité de voyager mais aussi de pouvoir travailler sur le territoire Néo-Zélandais.

NB : C’est l’âge au moment de la demande du visa qui est pris en compte, vous pouvez donc faire votre demande jusqu’à la veille de vos 31 ans et une fois votre PVT accordé par le service de l’immigration, vous avez 1 an pour arriver sur le territoire.

Une fois sur place, le PVT a une durée de validité d’1 an, avec une possibilité de renouvellement de 3 mois à condition de pouvoir prouver que vous avez travaillé dans les domaines de l’agriculture, horticulture ou viticulture pendant au moins 3 mois.

Les demandes de PVT se font en ligne sur le site de l’immigration, prévoir des frais de participation de 208 $NZ : https://onlineservices.immigration.govt.nz/?STATUS

Aucun quota n’est appliqué pour les Français voulant le PVT Nouvelle-Zélande. Le délai de réponse est très rapide, vous recevrez généralement le mail d’acceptation en une petite semaine seulement.

passeport img

  1. PERMIS INTERNATIONAL

L’administration Française dans toute sa splendeur… Avant il suffisait d’en faire la demande à la préfecture, puis ils ont centralisé les demandes sur Nantes sans prévoir les effectifs adéquats. Ils ont pris énormément de retard, ce qui en a mis bon nombre d’entre nous dans l’embarras ! Aujourd’hui, le délai est variable selon les périodes, il est mis à jour sur le lien qui se trouve plus bas, mais un conseil prenez-vous y à l’avance pour recevoir ce petit papier. Accompagné de votre permis Français, il vous permettra de conduire en Nouvelle-Zélande.

Depuis mai 2018, ils ont à nouveau changé la procédure. Procédure que vous pouvez retrouver sur ce lien : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11534 .

NB : Si jamais vous ne recevez pas votre permis international dans les temps, vous avez la possibilité de vous le faire traduire sur place par un traducteur officiel. Mais un conseil, faites votre demande dès que possible, ça vous évitera de payer car le permis international est gratuit contrairement aux traductions une fois en Nouvelle-Zélande. (Exemple de traducteur officiel : Can can Translation pour 50$/permis)

asterix

  1. BILLET D’AVION

Pour un départ en Novembre, on a pris nos billets d’avion en Août. Quelques conseils :

– Ne pas prendre vos billets trop en avance.

– Ne pas prendre de billet retour si vous partez comme nous en PVT (Oui, il existe des agences (Comme le Cercle des Vacances, Zip World,…) qui peuvent vous proposer le billet avec dates modifiables mais faites très attention car il y a souvent des frais et surtout laissez vous la liberté de décider plus tard quand vous rentrez. Pendant un voyage, les plans changent souvent, laissez vous la possibilité de voir d’autres pays sur le chemin du retour ou de rester plus longtemps si l’envie y est… )

bob

– Etre flexible sur la date de départ.

– Etre flexible sur les escales. La Nouvelle-Zélande c’est à l’autre bout du monde, littéralement, donc pourquoi pas profiter de quelques escales longues ? Votre voyage sera moins fatiguant et les vols seront moins chers.

– Comparer les prix sur différentes plateformes de comparateur de vols : Kayak, Liligo, Momondo et Skyscanner.

– Utiliser un ordinateur différent lorsque vous réservez vos billets ou effacer les cookies pour éviter de vous faire traquer sur le web et éviter le gonflement des prix. Pendant notre recherche de billet, on avait constaté qu’un vol intéressant avait pris 100€ juste en refaisant la recherche…

– Prendre son billet la nuit et un jour de semaine. Les compagnies fixent leur prix grâce à des algorithmes en fonction du nombre de recherches sur les moteurs de recherche. Moins il y a de monde qui fait la même recherche que vous, plus vous aurez de chance de trouver un billet moins cher.

  1. ASSURANCE SANTE

En plus d’être obligatoire si vous partez avec un WHV, la santé en Nouvelle-Zélande coûte bien plus cher qu’en France, donc raison de plus d’être bien couvert. Par exemple une consultation chez un généraliste est à 80$ environ (plus de 45€) alors qu’en France c’est 25€. Personnellement je peux vous conseiller CCM Assurance. En terme de rapport qualité prix, 398€ l’année, c’est plus qu’honnête et j’en suis très contente. J’ai dû faire appel à eux car j’ai été malade, ils ont été très gentils et réactifs. On peut leur envoyer les justificatifs par mail et surtout ils parlent Français donc aucun problème de communication.

NB : Possibilité d’avoir 5% de réduction en mettant mon nom à l’adhésion (Marie Causero), libre à vous d’utiliser un autre parrain, mais pensez aussi à aimer leur page Facebook et à leur envoyer une capture d’écran par mail pour que la réduction soit prise en compte.

Pour plus de détails : https://ccmassurance.com/fr/assurance-jeunes/pvt-working-holiday-tous-pays/

prof

  1. BANQUE

Un mois avant le départ et après avoir comparé les différentes banques locales, on a enclenché les démarches en ligne pour ouvrir un compte bancaire Néo-Zélandais depuis la France. Commencer les démarches avant de partir vous permettra de savoir à l’avance les documents qui seront à fournir et surtout vous aurez déjà un rendez-vous en agence de planifié. Vous n’aurez qu’à le fixer 1 ou 2 jours après votre arrivée pour signer les documents nécessaires et récupérer votre carte bancaire. Vous pourrez aussi transférer votre agent à l’avance et l’avoir directement à disposition à votre arrivée.

En terme de banque, on est chez ANZ. On a ouvert un compte joint et on a chacun notre propre carte bancaire. Pas de frais bancaires mensuels, pas de frais pour les opérations électroniques ni de frais supplémentaires si on retire à un distributeur autre qu’ANZ… Bref nos banques Françaises devraient prendre exemple !

NB : Autres exemples de bonnes banques proposant des offres similaires : Kiwi Bank et Westpac

Pour transférer notre argent de notre compte Français à notre compte ANZ on a utilisé  Transfermate,  qui pratique des taux très intéressants, rapide et pas de montant minimum ou maximum à respecter. (Plus de détails et une réduction des frais bancaires sur ce lien : https://pvtistes.net/bonsplans/transfermate/ )

Ceci dit, en attendant de récupérer votre carte bancaire on vous conseille de prévoir un peu d’argent pour tenir quelques jours au cas où. Nous on a échangé quelques centaines d’euros à l’aéroport d’Auckland.

donald

  1. RESILIATION

L’étape la plus relou on est d’accord… Mais faut bien le faire. Pensez à vous organiser concernant la résiliation de vos abonnements/contrats Français : par exemple l’assurance auto, logement, téléphone, internet,…

souffrir

  1. PROCURATION

Pour être tranquille, on vous conseille de prévenir votre banque de votre départ à l’étranger et de donner procuration à une personne de votre entourage sur votre compte en cas de soucis ou besoin de faire un virement vers la Nouvelle-Zélande par exemple. Vous n’en serez que plus libre !

reine

  1. PREMIERES NUITS

Après un long voyage comme celui-là, vous serez vraiment fatigué soyez-en sûr. On vous conseille donc de pas être trop aventurier à ce niveau là et de réserver au moins les 2 premières nuits minimum parce que tout ce que vous aurez envie de faire avec le jetlag que vous aurez pris en pleine tête c’est : DORMIR. (Auberge de jeunesse, Airbnb, hôtel,…)

dormir

  1. TELEPHONE

Vous avez deux choix, soit garder son forfait téléphonique Français, soit prendre un forfait local. La question se pose vraiment car les forfaits Néo-Zélandais sont très cher comparés à la France mais avoir un numéro Néo-Zélandais est vraiment préférable pour recevoir et passer des appels avec des locaux.

Pour le premier choix, on connaît tous les forfaits imbattables de l’opérateur Free. Il existe en ce moment un forfait à 19,99€/mois appels, SMS/MMS illimités et 25Go d’internet utilisable depuis la Nouvelle-Zélande. Il y a régulièrement des ventes privées proposant ce forfait à un prix encore plus bas. Donc pourquoi pas combiner ce forfait et acheter une carte prépayé dans un Warehouse par exemple pour quand même avoir un numéro local si besoin. Avoir un numéro local vous sera très utile pour trouver un travail, un logement, ou autre. Par contre, au-delà de 25Go de consommation internet, ils factureront au tarif en vigueur, donc attention aux hors forfait… (https://mobile.free.fr/assistance/677.html)

Deuxième option, même si le prix est plus élevé que les forfaits Français, pour éviter de se prendre la tête à changer de carte sim ou d’avoir deux téléphones vous pouvez tout simplement prendre un forfait local. Le fait que Free autorise clairement l’utilisation en Nouvelle-Zélande est récent donc nous, à l’époque, on avait opté pour un forfait local. L’opérateur 2 Degrees à 70$ (Environ 40€) pour tout illimité et 25Go d’internet mais avec le recul, si vous n’avez pas pu prendre le forfait Free, on vous conseille plutôt l’offre Skinny Mobile à 66$/mois tout illimité et 30Go d’internet. En plus d’avoir une offre plus avantageuse, cet opérateur utilise le réseau Spark, le Orange Néo-Zélandais, et couvre donc beaucoup plus le territoire que 2 Degrees.

Vous pouvez opter pour des forfaits avec moins de datas, nous concernant, avec notre mode de voyage on se sert de notre téléphone pour tout. GPS, application pour savoir où dormir, ce qui est à voir dans le coin. Il nous sert aussi à contacter régulièrement notre famille ou amis, etc. Bref on préférait ne pas être trop restreint à ce niveau là.

kim

  1. TROUSSE A PHARMACIE

Avant le grand départ, on vous conseille de faire un check médical, de préparer une trousse à pharmacie et pour nous les filles, de prévoir le moyen de contraception. Et surtout pensez à prendre l’ordonnance détaillant tout ce que vous transportez pour pas avoir de problème avec la douane.

policier

  1. COPIES NUMERIQUES

On vous conseille de préparer sous format numérique un petit dossier avec tous vos documents importants à prendre à l’étranger :

– Visa

– Passeport

– Contrat d’assurance

– Permis international et Permis Français

– Numéro fiscal (indispensable pour ouvrir un compte bancaire et pour la demande d’IRD, indispensable pour travailler)

– CV et lettre de motivation

 En cas de vol, perte ou en cas d’urgence, vous pourrez retrouver rapidement à un endroit précis ce dont vous avez besoin et ne pas faire une crise d’hystérie parce que vous ne trouvez plus ce que vous aviez mis dans la poche de droite au fond de votre sac.

 inside

 

  1. ASSURANCE AUTO

Ne soyons pas superstitieux, un treizième et dernier conseil, l’assurance auto. Avoir une assurance auto n’est pas obligatoire en Nouvelle-Zélande mais fortement conseillé. Donc une fois sur place, si vous décidez d’acheter un véhicule en Nouvelle-Zélande, mieux vaut voyager l’esprit tranquille car les dépenses peuvent très vite grimper. Malheureusement un accident est vite arrivé, surtout dans un pays où on roule à gauche avec un volant à droite, des automatiques alors qu’on est habitué au bon vieux levier de vitesse et surtout parce que bon nombre d’entre nous voyageons en van durant leur PVT. Donc pour être honnête avec vous, pas vraiment la même conduite que ma petite 206+ resté en France et j’imagine que je suis pas la seule !

Je vous conseille donc également CCM Assurance qui a une bonne couverture également à ce niveau là. Vous pouvez assurer votre véhicule au tiers ou en tous risques (compréhensive). Faites attention à un point en particulier, les vans aménagés ne sont pas forcément pris en charge par les assureurs contrairement à la CCM. Réduction de 5% également applicable sur l’assurance auto en inscrivant mon nom à l’adhésion (Marie Causero) : https://ccmassurance.com/fr/assurance-nlle-zelande/assurance-auto-nlle-zelande/

austin

Cet article a 4 commentaires

  1. Kermarrec

    Bonsoir,

    Je pars le 1er octobre en NZ avec mon copain. On se demande comment se procurer le n° IRD.
    Merci d’avance.

    Mélanie

    1. onvaoubibou

      Bonjour,

      Le plus simple une fois sur place est d’aller dans un bureau de Poste et demander le formulaire à remplir, c’est simple et c’est gratuit, le bureau se charge de l’envoyer pour toi.
      Il faut avoir sous la main son numéro fiscal ( ou numéro de sécu) et une preuve d’un compte bancaire actif. Vous recevez votre numéro IRD par mail ou sms quelques jours plus tard.

    1. onvaoubibou

      Exact, par contre nous on avait eu des soucis sur leur site, impossible de faire la demande. Donc à la poste c’est tout aussi simple et on peut se faire conseiller si on a un doute 🙂

Laisser un commentaire